Ma liste de blogs

mercredi 5 mai 2021

Dernier adieu

 

Dernier adieu



Aix, ma jolie, c'est peu dire que j'aurais mieux aimé te revoir en d'autres circonstances, parcourir tes ruelles aux façades ocre, me reposer aux bords de l'une de tes fontaines, sans ce poids monumental qui m'oppressait : j'étais chez toi pour dire l'adieu définitif à mon vieux compagnon.

"P" était un païen obstiné. C'est donc dans cet endroit sans âme (Dieu que nos églises sont belles...) où les corps partent en fumée qu'a eu lieu la "cérémonie". Elle a commencé sur une musique des Pink-Floyd, la seule concession que je faisais aux musiques que tu aimais, et s'est terminée avec "Le grand pan" de Brassens. Et c'est vrai que tu avais tout d'un dieu grec*, égaré parmi les hommes. Mais vois-tu je ne peux m'empêcher de regretter que tu ne sois pas enterré quelque part dans cette terre de France que tu chérissais tant.

C'est étrange...

À vrai dire l'on ne se voyait plus si souvent. Mais je te savais vivant et c'était l'essentiel. On ne choisit pas sa famille et il est des liens plus forts que ceux du sang : ceux de l'esprit. Les 800 kilomètres qui nous séparaient ne comptaient pas. Et ce sont ces liens qui se sont brutalement rompus il y a quelques jours, faisant un vide immense. L'ironie aura voulu que cette maladie me touche avant toi. Alors tous les soirs tu venais t'enquérir de ma santé, et ta voix était claire, encourageante. La vérité c'est que tu n'y croyais pas trop à cette maladie qui t'a emporté.

Alors oui la vie continue. Mais pour moi, plus encore pour ta compagne et tes enfants, et tant d'autres, elle ne sera plus jamais comme avant.

*Poséidon le frère de Zeus ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire