Ma liste de blogs

samedi 14 septembre 2019

Le totalitarisme grotesque




[...]Le populisme n’est pas un danger pour les valeurs européennes: il est une réaction quasi-mécanique d’une partie des classes moyennes et populaires dépossédées de la démocratie. Il est une menace pour des milieux dirigeants hyper-individualistes à qui, au fond, des « valeurs européennes » sont totalement indifférentes. L’idéologie progressiste est essentiellement une expression de l’individualisme absolu amorcé dans les années 1960 et dont nous constatons de plus en plus les dégâts. Les progressistes entendent le populisme, le retour d’un sentiment national qui traduit la nostalgie de la cohésion sociale. Ils dosent alors leurs concessions formelles au climat politique de l’époque: la désignation d’un commissaire européen au « mode de vie européen » est l’exemple même d’une mesure destinée à brasser du vent pour faire croire aux peuples qu’on pense à eux. Ensuite, vous avez l’habituel théâtre d’ombres: les cris d’orfraies et les discours moralisants de la gauche.

La droite progressiste a pour rôle de faire semblant d’être la droite. La gauche se drape dans la grandiloquence de la défense des « valeurs européennes ». Mais il n’y a pas de valeurs européennes, il y a des valeurs universelles qui se sont incarnées dans l’histoire des sociétés européennes et qui pourraient continuer à s’y déployer pourvu que l’on se rappelle que la famille, la libre association, la cité, la nation sont les seules réalités au sein desquelles l’état de droit peut exister. Les menaces qui pèsent sur les valeurs en Europe, c’est la préférence donnée à l’individualisme absolu sur la protection des enfants, c’est le mythe des métropoles et des classes créatives sources de développement, c’est l’abolition des frontières nationales. Il n’y a pas de loi possible sans un territoire délimité sur lequel l’appliquer. Ce que nous propose Madame von der Leyen correspond à un nouveau type de régime politique: le totalitarisme grotesque.

Source et article complet.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire