Ma liste de blogs

mardi 27 février 2018

Ô Etretat !







mercredi 24 juin 2015
Ô Etretat !




Hier encore j'étais à Etretat. Très belle région que celle-ci même si c'est beaucoup moins palpitant que Marseille. A ce propos que l'on ne me demande pas de me prononcer : Côte Atlantique ou Méditerranéenne ? Franchement je suis incapable de répondre à cette question. Opposer les côtes de l'Adriatique, de la Corse, à celles de la Bretagne Nord ou de la Charente pour moi n'a aucun sens. Je ne veux ni ne peux trancher : j'aime les deux, je suis polycôtes.
J'étais là pour récupérer un cadeau. Un cadeau motorisé à quatre roues. C'est une particularité marquante de ma vie : je n'ai jamais acheté une voiture, toutes m'ont été offertes. pourtant je n'inspire pas pitié, jamais en me voyant on pense "le pauvre homme va à pieds", mais la providence toujours m'a fait rencontrer des personnes qui, au détour d'une conversation, un peu comme un cheveu sur la soupe, me demandaient si j'avais besoin d'une bagnole. On a toujours besoin d'une bagnole. Certes jamais elles ne furent de première ni même de troisième main : celle-ci avait des grondements inquiétants dans ses roulements de direction, celle-là demandait un doigté expert pour passer la quatrième, mais toutes ont accompagné bravement jusqu'à leurs dernières extrémités un moment de ma vie. J'ai un souvenir attendri pour cette vieille Mercedes 220, ramenée également des côtes normandes. Une vraie voiture de gitan, mais de gitan pauvre. Comment j'ai pu la bichonner celle-là... Elle se démarrait comme un tracteur en appuyant sur un gros bouton rouge qui la faisait vibrer, la mettait en transe. De son arrière s'échappait alors un nuage blanc qui aurait fait tousser tout le conseil municipal de Mme Hidalgo. Comme elle était percluse de rouille, bouffée par le sel, je lui avais déniché un parking chauffé, convaincu qu'elle allait se refaire une santé. Ce qu'on peut être con quand on a vingt piges. Quand Mercedes m'a présenté la facture pour la remettre en état à minima, j'ai pris la Nationale 20 et l'ai lâchement abandonnée, comme d'autres le font de leur chien, dans la première casse venue.
Bon.
On s'en fout des bagnoles.
Sur la plage d'Etretat je me suis mis en quête d'un galet pyramidal, demande de ma belle qui de tous temps a des exigences insolites, particulières. J'ai très vite renoncé évidemment. Mais mon œil s'est posé sur l'un d'eux, aussi beau qu'un œuf de Fabergé. Pour elle j'ai commis l'acte incivique, ramassé la pierre qui n'a rien de précieux si ce n'est son rôle dans la protection des falaises et ce en dépit des panneaux qui l'interdisent formellement. Pour elle je suis devenu un délinquant, ai participé à l'engloutissement futur d'Etretat.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire